Article 31 : Faisons du droit à un environnement naturel sain un droit de l'homme

Language: English | Spanish | French

Le partenariat BirdLife appelle aux Nations Unies à amender la Déclaration universelle des droits de l’homme pour la première fois depuis plus de 70 ans afin d’y inscrire un droit nouveau : le droit à un environnement naturel sain.

Signez la pétition

 

Des cendres de la Seconde Guerre mondiale, l'une des plus grandes crises humanitaires de l'histoire, est née l'un des plus grands exploits de l'humanité: la Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH).

Forgée par des experts de cultures et d'horizons divers, et proclamée par l'Assemblée générale des Nations Unies en 1948, cette Déclaration décrit, dans ses 30 articles, les droits fondamentaux de l'homme qui doivent être protégés.

Ces droits nous protègent de l'esclavage et de la torture, et nous permettent de jouir de la liberté de mouvement et de pensée. Ils ont résisté à l'épreuve du temps, et après plus de 70 ans, ils sont toujours d'actualité.

Cependant, un droit nous manque: l'article 31, notre droit à un environnement naturel sain, et c'est une lacune inquiétante. Au cours des 70 ans qui se sont écoulées depuis l’adoption de la DUDH, notre société a fait des ravages dans la nature. De l'air que nous respirons, à l'eau que nous buvons, et à la terre que nous cultivons pour nous nourrir ; il est évident que l'état de notre environnement affecte notre santé de nombreuses façons.

La pandémie de COVID-19 est suspectée d’être liée au commerce illégal d’espèces sauvages et à la destruction d’habitats naturels : des activités humaines qui augmentent considérablement le risque d'apparition de nouvelles maladies. La science est sans équivoque : la santé humaine et l'environnement sont intimement liés, et nous pouvons déjà voir comment la destruction de la nature viole également d'autres droits de l'homme tels que le droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Dans notre lettre au Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, BirdLife soutient le travail effectué par les Nations Unies et demande:

Inscrire le droit à un environnement naturel sain - potentiellement un article 31 - à l'ordre du jour du sommet sur la biodiversité de l'Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2020.

Inscrire le droit à un environnement naturel sain dans la Déclaration universelle des droits de l'homme d'ici décembre 2023, date qui coïncide avec le 75ème anniversaire de l'adoption de la Déclaration universelle par l'Assemblée générale des Nations unies.

Dans le cadre de leur réponse à la crise du coronavirus, les Nations Unies doivent faire preuve de leadership en reconnaissant le droit à un environnement naturel sain en tant que droit de l'homme. Nous savons que l'ajout d'un nouveau droit de l'homme est un acte sacré. Notre planète, la Terre, est tout autant sacrée. Et il n'y a peut-être jamais eu dans son histoire un moment plus important pour ajouter un droit de l’homme qui nous obligerait à la respecter, ce dont nous profiterions tous.

Nous vous remercions pour l'intérêt que vous portez à l’obtention de ce droit essentiel pour l'humanité. Nous espérons qu'en tant qu'individu, ONG (environnementale ou autre) ; en tant qu’entreprise, entité ou organisme gouvernemental, vous serez prêt à vous joindre à nous pour mobiliser les citoyens de la planète sur tous les continents, mers et océans, afin de soutenir cet appel vital. Nous espérons avoir l'opportunité de partager votre soutien sur ce site web.

 


 

Lisez notre lettre complète au Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres:
Anglais, Français, Allemand, Aspagnol , PortugaisRusse, Arabe

 

Signer la pétition