Africa

Préserver la forêt et améliorer les moyens de subsistance grâce à des interventions novatrices en matière de conservation au Liberia.


© Society for Environmental Conservation, 2019

La forêt nationale de Zwedru, d'une superficie de 64 458 hectares, est située à environ 600 kilomètres de Monrovia, la capitale du Liberia. Cette forêt abrite un certain nombre d'espèces endémiques et menacées d’extinction. En outre, dans la forêt de Zwedru on rencontre de nombreux systèmes fluviaux, des espèces de bois précieux, des produits forestiers non-ligneux (PFNL) et des plantes médicinales qui fournissent des services écologiques et socio-économiques à des milliers de personnes vivant dans les villes et villages alentours.

Comme de nombreux autres sites au Liberia, la biodiversité et les forêts tropicales de Zwedru sont menacées par divers facteurs, notamment la surexploitation des ressources naturelles, la dégradation des écosystèmes due à des pratiques agricoles non durables, la demande de bois de chauffage et de charbon de bois, l'exploitation minière et la pollution.

Par conséquent, grâce au soutien technique et financier du Fonds de Partenariat pour les Écosystèmes Critiques (CEPF) et de Birdlife International, la Society for Environmental Conservation (SEC), une organisation locale, a mis en place un projet unique pour conserver la biodiversité et promouvoir la gestion communautaire de la forêt de Zwedru par la sensibilisation, la planification de l'utilisation des terres et la diversification des moyens de subsistance.

SEC, en consultation avec les communautés locales, a piloté la mise en œuvre d'un concept de Compte Communautaire d'Epargne et de Credit (VLSA en anglais), un mécanisme visant à responsabiliser les communautés vivant autour de Zwedru grâce à des prêts abordables. "Les prêts sont accordés à un taux d'intérêt réduit (5%), payable dans un délai de six mois. Les intérêts perçus sont utilisés pour intégrer de nouveaux emprunteurs, assurer une croissance continue de l'épargne des membres existants et fournir un petit soutien opérationnel à la direction du VLSA", explique Jerry Quoi, Coordinateur de Projet Terrain à SEC.


© Society for Environmental Conservation, 2019

Depuis le début de ce projet, la VSLA a permis à environ 51 bénéficiaires de gagner des revenus supplémentaires en stimulant leurs entreprises. Les bénéficiaires de la VSLA peuvent confortablement nourrir leurs familles, éduquer leurs enfants et économiser de l'argent pour leurs besoins futurs. "Lorsque nos enfants terminent leurs études de la petite école élémentaire ici, cela marque la fin de leur éducation, surtout pour la majorité d'entre nous ici qui ne sont pas issus d'un milieu riche. La VSLA, en tant que bénéfice direct de notre implication dans la conservation des forêts, nous a donné de l'espoir. J'ai reçu 5 000 dollars libériens (environ 25 dollars US) et j'ai lancé une entreprise d'achat et de revente de plantains et d'escargots à des acheteurs en grande quantité. En peu de temps, mon entreprise est passée à 40 000 dollars libériens (environ 220 dollars US). Je suis maintenant l'un des plus gros acheteurs. J'économise un peu d'argent grâce au VSLA et je peux mieux m'occuper de ma famille maintenant", dit Comfort Grady, une agricultrice locale et présidente de Garley Town, dans le comté de Grand Gedeh.

L'intégration de l'approche VSLA à la gestion des ressources forestières est bénéfique à deux égards. Les communautés locales sont directement engagées dans la conservation du paysage de la forêt de Zwedru et ont accès à des crédits pour le démarrage de petites entreprises agricoles et commerciales. Deuxièmement, cette approche innovante de la conservation encourage la diversification des moyens de subsistance, réduisant ainsi la pression sur la biodiversité de la forêt. Encouragés par le succès de cette initiative, la SEC et ses partenaires envisagent d'étendre le programme à d'autres communautés du Liberia.