Africa
19 Apr 2020

Conserver les Plantes Patrimoniales de Garâa Sejenane et Dar Fatma

© Amina Daoud Bouattour
By Sami Dhouib, Safa Ben Khalifa, Imtinen Ben Haj Jilani , Amina Bouattour & Zeineb Grabi

Les références bibliographiques publiées et les bases de données accessibles pour les plantes endémiques de Tunisie sont multiples, parfois contradictoires en ce qui concerne le nombre de ces taxons, leur nomenclature ainsi que leur statut d’endémisme.

Plusieurs de ces taxons sont classés SRE (endémique stricte à un seul site et dont l’aire de répartition est <100km2). Ce statut est un des critères retenus par l’IUCN pour l’identification des zones importantes en plantes (ZIP). Certaines de ces ZIP ne bénéficient d’aucun statut de protection (parc national, réserve naturelle) et même celles qui en disposent ne renferment pas de programmes de suivi et de conservation pour leurs plantes patrimoniales dont les endémiques SRE.

 

Dans ce contexte, le projet SAVE PLANTS « Conserver les plantes patrimoniales de Garâa Sejenane et Dar Fatma » a été développé par  le WWF Afrique du Nord en partenariat avec l'Association de développement durable la Recherche en Action-REACT, en collaboration avec la Faculté des Sciences de Tunis (FST) et l'Institut National Agronomique de Tunisie (INAT) et financé par le Fond de partenariat pour les écosystème critiques – CEPF. Il a pour objectif la conservation des espèces patrimoniales de deux ZIPs de la région Kroumirie-Mogods - Nord-ouest de la Tunisie:   la Garâa Sejenane et la Réserve naturelle de Dar Fatma.

Subscribe to Our Newsletter!

Ces deux ZIPs sont des écosystèmes naturels caractérisés par une biodiversité floristique exceptionnelle se traduisant par une forte richesse spécifique et par la présence de nombreuses espèces rares, endémiques nationales ou régionales et/ou reconnues comme menacées à l’échelle de l’Afrique du Nord.  Malgré qu’ils ne bénéficient d’aucune action conservatoire directement menée pour les espèces végétales prioritaires qui s’y développent, ces sites gardent aujourd’hui une valeur conservatoire exceptionnelle avec une grande richesse en hydrophytes et en espèces patrimoniales, dont certaines sont à fort enjeu conservatoire.

 

Garâa Sejenane correspond à la plus grande zone humide naturelle d’eau douce de Tunisie et ne bénéficiant d’aucune protection légale à l’échelle nationale. Elle abrite (i) Rumex tunetanus, une endémique stricte (SER) de la Garâa Sejenane et considérée CR à l’échelle de l’Afrique du Nord par l’IUCN (Garcia et al., 2010), (ii) Pilularia minuta et Elatine macropoda, espèces menacées à l’échelle de l’Afrique du Nord, respectivement EN et LC et très rares en Tunisie (Garcia et al., 2010) et (iii) l’unique localité tunisienne de Crassula vaillantii, Mibora minima, Persicaria amphibia et Chara braunii (Rouissi et al., 2016 ; Muller et al., 2017).

La Réserve naturelle Dar Fatma (Ain Drahem) abrite des bryophytes considérés parmi les plus rares du Maghreb comme Sphagnum auriculatum et Aulacomnium palustre (Muller et al., 2010), constitue un des très rares habitats tourbeux à sphaignes, abrite également des espèces très rares à l’échelle du pays qu’Anagallis tenella et des espèces classées NT dans la Liste Rouge de l’IUCN à l’échelle de l’Afrique du Nord (Garcia et al., 2010) : Anagallis crassifolia, Baldellia ranunculoides, Eleocharis multicaulis, Potamogeton polygonifolius et 2 endémiques du Maghreb : Bellis prostrata et Solenopsis bicolor.

 

 

Le projet vise principalement :

 

  1. Le suivi et la conservation des plantes SRE et/ou menacées (CR, EN, VU) des deux ZIPs à travers le développement et la mise en œuvre d’un protocole de conservation in & ex situ.( réalisation de fiches techniques des essais de multiplication, confection d'herbiers et d’une collection de semences).
  2. 2.L’actualisation du plan de gestion de la réserve naturelle de Dar Fatma et l’élaboration d’une charte de suivi de la gestion conservatoire des plantes patrimoniales de Garâa Sejenane impliquant tous les acteurs du site ainsi qu’un dossier pour la classification de la Garâa comme premier site Ramsar privé en Tunisie.
  3. Sensibilisation et renforcement des capacités d’une nouvelle génération de botaniste en Tunisie par l’initiation des jeunes doctorants à l’élaboration de projet pour la conservation des plantes et des jeunes étudiants à la botanique à travers Flora Week (camps d’une semaine au Parc National Oued Zen: systématique, confection d’herbier, utilisation des bases de données…) et la formation et l’information des gestionnaires des aires protégées à introduire des programmes de suivi et conservation des plantes patrimoniales dans le plan de gestion de leur aire protégée en Tunisie.

 

1 Association la recherche en Action REACT,

2 Fond Mondial pour la Nature, Afrique du Nord, WWF NA

3 Faculté des Sciences de Tunis FST

4 Institut National Agronomique de Tunisie INAT