Africa

Les Associations Villageoises d’Epargne et de Credit comme vecteurs de l’amélioration des conditions de vie et de protection de la nature: Cas des communautés riveraines de la Réserve Forestière de Cape Three Points au Ghana


 Ahotor VSLA in session © Hen Mpoano

- Par Hen Mpoano

 

La réserve forestière de Cape Three Points a été reconnue comme une zone de biodiversité d'importance mondiale (GSBA en Anglais) et une zone importante pour les oiseaux (IBA en Anglais) en raison de son niveau exceptionnellement élevé de diversité biologique. Cependant, malgré cette grande diversité biologique, l'intégrité écologique de la seule forêt côtière du Ghana est de plus en plus menacée par les activités humaines. Au cours des deux dernières années, Hen Mpoano a travaillé avec les communautés qui bordent la réserve forestière de Cape Three Points (CTPFR en Anglais) et d'autres acteurs clés pour protéger l'intégrité de l’unique forêt côtière restante au Ghana.

L'amélioration de la planification et de la gestion participative de la zone clé de biodiversité (KBA en Anglais) de Cape Three Points est un projet de deux ans soutenu par le Fonds de partenariat pour les écosystèmes critiques (CEPF en Anglais) et BirdLife International. Mis en œuvre entre 2018 et 2020, le projet visait à renforcer les capacités la structure locale en charge de la gestion des ressources communautaires appellée “Aire de Gestion des Ressources Communautaires” (CREMA en Anglais) de Cape Three Points et à intégrer la connectivité écologique entre le CTPFR et les zones humides côtières et les forêts de mangroves adjacentes dans les politiques d'utilisation des terres, la planification et les processus décisionnels au niveau municipal. Plus précisément, le projet a cherché à améliorer la collaboration entre les parties prenantes et les processus de planification inclusifs pour le CTPFR et les écosystèmes liés : renforcer les institutions locales pour la protection et la gestion des forêts ; et piloter des innovations de moyens de subsistance basés sur les écosystèmes dans les communautés cibles.

Afin d'encourager les communautés locales à conserver les forêts, le projet a introduit des innovations en matière de moyens de subsistance, dont les principales sont les associations villageoises d'épargne et de crédit (AVEC’s).  Les AVEC’s sont un groupe de personnes qui soutiennent collectivement un processus structuré d'épargne et d'offre de crédits au niveau local. Les AVEC’s rassemblent des membres de la communauté qui épargnent pour des objectifs mutuellement acceptables et contractent de petits prêts à partir de cette épargne pour développer leurs entreprises, payer les frais de scolarité de leurs enfants et soutenir les activités du ménage.


Hen Mpoano Staff providing instructions to members of the Ahotor VSLA in Ketakor © Hen Mpoano

- By VSLA

L'un des principaux objectifs de la création des AVEC’s était de soutenir le développement économique local par le biais de l'intermédiation financière. Le concept des AVEC’s a été appliqué par Hen Mpoano dans les milieux ruraux afin d'organiser et de donner aux membres de la communauté les moyens de renforcer la cohésion pour la gestion de leurs ressources naturelles et aussi de générer un autofinancement pour les initiatives de subsistance. Les AVEC’s se sont révélées être un outil efficace pour réduire la pression sur les ressources naturelles et mobiliser les communautés pour soutenir l'effort de conservation. Elles sont également efficaces pour l'autonomisation des femmes dans les zones rurales.

En tout, 5 AVEC’s ont été créées dans deux communautés situées en bordure de forêt pour aider à diversifier les activités de subsistance des populations locales qui dépendent principalement de l'agriculture et de l'exploitation des ressources naturelles, y compris les mangroves.

Le groupe AVEC d'Ahotor à Ketakor dans la municipalité d'Ahanta Ouest est l'un des groupes AVEC’s facilités par le projet. Le groupe comprend 30 membres (28 femmes et 2 hommes).  Hen Mpoano a fourni au groupe une formation complète, une aide au démarrage, y compris une caisse, des livrets d'épargne et d'autres articles de papeterie. Le groupe a également fait l'objet d'un suivi régulier pendant le premier cycle d'épargne afin de garantir le strict respect de sa constitution.

En juillet 2020, la petite communauté d'environ 35 maisons a partagé son fonds de prêt après un cycle complet de 12 mois.  Avec une valeur de partage d'un Ghana Cedi (GHC 1,00), soit environ 17 $ cents, le groupe s'est partagé un total de 7 650,00 GHS (1 321,24 $ US). Le plus gros contributeur du groupe a reçu 286,00 GHC (50,00 $ US). Les membres ont investi leurs économies dans leurs entreprises et leurs exploitations de cultures vivrières. D'autres ont utilisé l'argent pour payer les frais de scolarité des enfants, entre autres besoins.

M. Joseph W. Baidoo a investi ses économies pour développer l'entreprise familiale de boulangerie. Il est très enthousiaste à l'idée de faire partie du groupe AVEC. Comme il le dit lui-même :

 

"L’ AVEC est vraiment venu au bon moment. J'ai utilisé mon argent pour redonner vie à notre boulangerie familiale mourante. Tout le monde est heureux. Nous avons même accepté de doubler la valeur de nos parts. Les gens qui étaient réticents au départ ont manifesté leur intérêt à nous rejoindre".

Quelques mois après le premier cycle, un autre groupe s'est formé dans la même communauté en raison de l'intérêt considérable des membres de la communauté. Le groupe AVEC d’Ahotor a utilisé une partie de son fonds social pour acquérir le matériel de démarrage

.

 Une fois que les communautés dépendantes des forêts sont financièrement autonomes, cela réduit la dépendance aux ressources naturelles et les pressions associées qui entraînent la dégradation. Pour entretenir cet enthousiasme et maintenir les succès enregistrés dans ces communautés, les capacités des agents de village sélectionnés ont été renforcées par une formation pratique afin de continuer à veiller au bon fonctionnement des AVEC’s au-delà de la durée de vie du projet et de pouvoir en former de nouveaux lorsque le besoin s'en fait sentir. Ketakor est déjà en train de former son troisième groupe avec la supervision des agents de village.

Monsieur Camillus Mensah, coordinateur du projet, s'est déclaré satisfait du résultat de l'autonomisation financière de la petite communauté de Ketakor en ces termes;

 "Les efforts de conservation durable des forêts ne dépendent pas seulement de l'engagement des populations locales. Au milieu de la pauvreté et du dénuement, les efforts de conservation doivent également être soutenus par des initiatives financières qui leur donnent des options en matière de moyens de subsistance, d'où l'introduction du concept des AVEC’s dans les communautés riveraines de la forêt. Je suis donc très satisfaisant de voir l'impact que cela a eu sur la vie des personnes avec lesquelles nous travaillons".