Africa

L’ONG Conservation d’Especes Marines promeut une nouvelle étape importante pour la création de la première aire marine protégée en Côte d’Ivoire, avec le soutien du CEPF

- Par Jose Gomez Penate, CEM


© CEM

Du dimanche 8 au samedi 14 décembre 2019, une mission de cartographie et d’évaluation a été organisée à Grand Bereby et les villages environnants par UN Environnement et la Convention d’Abidjan dans le cadre de la prochaine création de l’Aire Marine Protégée de Grand Bereby, qui sera la première en Côte d’Ivoire. 

La Convention d’Abidjan est la structure qui assure le secrétariat et la coordination des activités du Groupe de Travail National pour la création des Aires Marines Protégées en Côte d’Ivoire. 

Les participants à la mission étaient issus de plusieurs structures gouvernementales ivoiriennes, experts étrangers  tels que le Colonel Diop Abdoulaye (directeur du réseau des AMP de Sénegal) et plusieurs ONG’s, parmi d’autres. Le choix du site de Grand Bereby est la suite logique du travail réalisé dans la zone depuis 2010 par l’ONG ivoirienne Conservation des Espèces Marines (CEM). Ce travail a consisté d’abord dans la protection des quatre espèces de tortues marines qui fréquentent les eaux et les plages de la région, le développement de l’écotourisme, la création de partenariats avec les hôteliers et les entreprises locales, l’amélioration du niveau de vie des populations riveraines.  


© CEM

Depuis la mise en œuvre du projet de protection de tortues marines en 2010 sur les 30 km de plage entre les villages de Mani, Pitiké et Kablaké, c'est-à-dire dans la zone de la côte ivoirienne la plus fréquentée par les tortues, les résidents et pêcheurs locaux ont crée des comités de sauvegarde des tortues. Ils organisent eux-mêmes la surveillance des femelles venant pondre sur la plage la nuit, la protection des nids et le relâcher des nouveau-nés. Le projet emploie aujourd’hui pas moins de 24 jeunes villageois qui s’occupent de la protection de plus de 700 tortues femelles par an, assurent  la naissance de plus de 30 000 petites tortues, s’occupent de l’accueil et du guidage des touristes. Pour l’ONG CEM, cela ne fait pas de doute : « le fait que les activités de terrain soient réalisées à 100% par des villageois renforce leur sentiment que le projet appartient aux villages ». Une loi coutumière locale relative à la protection des tortues, élaborée de manière participative, a été validée et adoptée par tous les villages impliqués dans le projet.

Par la suite, CEM a obtenu en 2017 l’aide de CEPF pour réaliser les travaux nécessaires pour proposer au gouvernement ivoirien la création d’une AMP. Le Ministère de l’Environnement a été mis au courant des activités de CEM, et  étant donnée les acquis déjà consolidés, la haute valeur naturelle de la zone, la présence de espèces menacées de disparition, son potentiel touristique, a décidé de lancer le projet de création de l’Aire Marine Protégée de Grand Bereby, qui sera la première en Côte d’Ivoire. Elle s’étendra depuis le village de Menolé à l’est jusqu’à celui de Kablaké à l’ouest (à peu pres 50 kms en ligne droite), sur 22 kilomètres au large de la mer et sur un kilomètre vers l’intérieur des terres afin de protéger les plages et l’habitat côtier. 

Cet AMP aura comme conséquence immédiate la diminution des activités illégales de pêche à proximité des côtes et par conséquence une augmentation du nombre de captures par les pécheurs artisanaux, la conservation des sites naturels et d’espèces menacées de disparition, l’augmentation de l’écotourisme et la valorisation de la culture locale.

 

 

CEPF is a joint initiative of l’Agence Française de Développement, Conservation International, the European Union, the Global Environment Facility, the Government of Japan, and the World Bank.