Quantcast
18 Apr 2017

Pour l'amour des manchots

Magnifiques. Inspirants. Menacés. Les manchots sont parmi les oiseaux les plus charmants et les plus facilement reconnaissables du monde, mais du pôle Sud à l’équateur, une panoplie de menaces les pousse vers l’extinction.

Manchots royaux © O. Prince/princeimages.co.uk
Manchots royaux © O. Prince/princeimages.co.uk
By Rory Crawford

Il y a des oiseaux qui attirent l’attention du public. Les macareux, les perroquets, les albatros et les hiboux inspirent des histoires et des chansons, et on décore nos maisons à leur effigie. Cela dit, il y a un groupe d’oiseaux qui remporte la palme de l’appréciation de la race humaine : les manchots.

C’est étrange lorsqu’on y pense. Les manchots, sont incapables de faire une chose complètement banale pour le reste des oiseaux : voler. Aucune chance d’être impressionné par leur vol majestueux ou leurs acrobaties aériennes. En fait, il y a très peu de chances de côtoyer des manchots : ils pourraient venir de la Lune tellement les occasions d’observer un manchot dans son habitat naturel sont rares.

En effet, si les gens avaient la chance de côtoyer des manchots, ils se rendraient vite compte qu’ils sentent plutôt mauvais. C’est dire à quel point on aime les manchots! On est prêts à passer par-dessus leur odeur ou le fait qu’ils vivent si loin. Les gens s’intéressent à eux et les adorent.

Bien sûr, tout le monde aime les manchots. Ils sont adorables! Bien qu’ils aient l’air comique lorsqu’ils marchent sur la terre ferme, ils sont d’excellents nageurs : ils peuvent plonger à une impressionnante profondeur en plus de migrer des milliers de kilomètres chaque année. Les espèces de l’Antarctique font face à certaines des conditions les plus extrêmes sur Terre lorsqu’ils élèvent leurs petits, ce qui leur a valu une narration par le célèbre Morgan Freeman.

Ils vivent dans une multitude d’habitats allant des forêts néozélandaises aux îles volcaniques des Galapagos, sans oublier les plages d’Afrique du Sud et les îles subantarctiques. Malgré tout l’amour que les gens portent pour les manchots, ce n’est pas suffisant pour empêcher l’extinction de l’espèce.

Parmi les 18 espèces de manchots, BirdLife en a identifié dix comme étant « vulnérables » ou « menacées » sur la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN, en anglais IUCN), les plaçant en deuxième place des oiseaux marins les plus menacés, juste derrière les albatros. Tout comme les albatros, les manchots vivent dans des conditions extrêmement difficiles.

Subscribe to Our Newsletter!

Sur terre, leurs sites de reproduction sont menacés par des espèces envahissantes et des prédateurs, leurs habitats se dégradent et des maladies terrassent les populations.

En mer, la pollution par le pétrole et l’impact des pêches ont d’importants effets néfastes : le nombre de proies est en baisse et les manchots se prennent dans les filets des pêcheurs. Les changements climatiques affectent les habitats marins et terrestres. Au menu : perte d’habitats, tempêtes plus fortes et plus fréquentes, et perturbations du réseau trophique.

Il y a beaucoup à faire à tous les niveaux, tant localement que globalement. Comme vous le lirez, des conservateurs provenant d’une multitude d’organisations à travers le monde ont ciblé les espèces de manchots les plus menacées et font tout pour les aider.

Certains étudient l’écologie de certaines espèces pour mieux les comprendre, tandis que d’autres contrôlent ou éradiquent les espèces envahissantes dans les colonies. Il y en a même qui établissent de toutes nouvelles colonies.

En effet, il n’y a pas assez de place dans ce magazine pour couvrir toutes les initiatives pour les manchots, même en se concentrant sur celles de BirdLife.

Ne mentionnons pas tout le reste : la communauté de chercheurs, les organisations indépendantes, les instituts nationaux qui tentent de renverser le futur tragique de ces oiseaux charismatiques (soit dit en passant, nous recommandons la lecture du blogue de Tawaki Project pour mieux comprendre le travail fait pour venir en aide aux espèces moins bien connues comme le Gorfou du Fiordland, en Nouvelle-Zélande – voir page 26).

À plus grande échelle, il y a eu d’intéressants développements en Antarctique dans les derniers mois : la plus grande aire marine protégée (AMP) (1,5 million de kilomètres carrés!) du monde a été créée dans la mer de Ross en octobre 2016, aidant à protéger les manchots empereur Aptenodytes forsteri, les manchots Adélie Pygoscelis adeliae et beaucoup d’autres animaux, bien sûr.

Cela a été possible grâce à un accord entre l’Union Européenne et 24 pays après de remarquables négociations. Bien sûr, nous espérons que tout cela n’est que le début : BirdLife travaille en collaboration avec British Antarctic Survey depuis plusieurs années dans le but d’identifier les endroits les plus importants pour les manchots dans les mers de Weddell et de Scotia.

De meilleures aires marines protégées à travers l’Antarctique – et bien sûr dans les zones d’alimentation et les routes migratoires des manchots à travers le monde – sont la clé de la réussite de la conservation des manchots. Les manchots sont des indicateurs vivants de notre intendance du milieu marin et, en ce moment, ils nous disent que nous avons plus à faire.

Bien que les efforts de conservation aillent de l’avant, il est clair que nous devons aborder les menaces auxquelles les manchots font face, et ce, à tous les niveaux : au niveau global, il faut commencer par remédier aux changements climatiques et, au niveau local, il faut s’assurer que les colonies de manchots ne soient pas poussées à l’extinction.

Si on perd une espèce de manchot – ce qui pourrait se produire dans le cas du Manchot du Cap Spheniscus demersus et du Manchot antipode Megadyptes antipodes – qu’est-ce que cela signifie pour notre société, que même le groupe d’oiseaux le plus aimé ne puisse pas être épargné?

Cela devrait convaincre tout le monde, mais c'est l'espoir et des gestes d'espoir – comme l'AMP de la mer de Ross – qui vont nous pousser à continuer. Dans cet esprit, BirdLife a décidé qu'il était maintenant temps de lancer notre campagne globale « Protégez un manchot ».

Avec les menaces croissantes et les populations de manchots en déclin, il faut agir vite et de façon décisive pour consolider les fondations de notre travail de conservation et s’assurer que ces oiseaux iconiques aient un futur qui ne soit pas confiné à la fiction des dessins animés et aux boîtes de biscuits.

Pour cela, ce numéro est consacré aux manchots. Nous nous battons pour leur avenir, et ce, partout. Dans les prochaines pages, nous dresserons le portrait de quelques-unes des espèces les plus menacées, ce qui nous fera voyager en Afrique, en Nouvelle-Zélande et même dans les eaux tropicales d’un archipel qui chevauche l’équateur.

Nous décrivons aussi le travail vital que nous menons pour atténuer les menaces auxquelles ils font face, mais c’est seulement avec votre aide que nous pourrons intensifier notre travail et montrer à la famille des manchots à quel point la race humaine les apprécie.
 

 

Traduit par Maxime Paquin, BirdLife Europe et Asie centrale.