Sénégal

(1 site)
Ndiaël
Le delta du fleuve Sénégal l'habitude d'être un domaine très dynamique et tentaculaire de plaines inondables, les marais et les lacs, avec une valeur énorme en tant que ressource naturelle. C'était avant que les barrages ont été construits pour réguler et limiter le niveau d'eau du fleuve. Les plaines d'inondation en grande partie disparu et ont été transformées en terres agricoles irriguées, ou ont été rendus inutilisables pour l'agriculture soit, la pêche ou l'avifaune en raison de l'envasement ou invasive, de la végétation inutilisable.

La beauté des plaines inondables, c'est qu'ils peuvent être rétabli, si la source de l'eau d'inondation est au moins partiellement restauré. Cette occasion s'est maintenant présentée dans le Ndiaël bassin, où en 1998 l'Association Inter-Villageoise de Ndiaël a été mis en place, réunissant 32 villages. Cette organisation de base, avec le soutien de Wetlands International et l'UICN, est l'élaboration d'initiatives pour créer des sources alternatives de revenus à travers la restauration des eaux de crue des rivières et des usages traditionnels associés de celle-ci.

Ce projet, qui implique également le Service gouvernement néerlandais pour la gestion des terres et des eaux (DLG) et l'écologique consultatif agence Altenburg & Wymenga, est de permettre que cela se produise sur une échelle beaucoup plus grande. La végétation d'acacias d'origine est également en cours de restauration grâce à la replantation. La restauration de la crue dans le bassin Ndiaël contribue également à prévenir les inondations dans la ville de St Louis. À l'heure actuelle, les inondations annuelles affectent les secteurs principalement les plus pauvres de cette ville, parce que la capacité des anciennes zones inondables pour absorber l'eau a considérablement diminué. Ce projet permettra de diminuer considérablement cet effet. Le projet est mené en étroite collaboration avec la Direction des parcs nationaux et les autorités de St Louis.

Les commentaires sont fermés.