email a friend
printable version
Location New Caledonia (to France), province des Îles Loyauté
Central coordinates 166o 33.91' East  20o 33.56' South
IBA criteria A1, A2
Area 13,169 ha
Altitude 0 - 46m
Year of IBA assessment 2007

Société Calédonienne d'Ornithologie (Affiliate)



Site description Ouvéa est l’île la plus nord-ouest de l’archipel des Loyauté. Sa superficie est de 132 km² pour une population de 5,100 habitants (d = 38,6 hab/km² soit la plus forte densité de Nouvelle-Calédonie). C’est un ancien atoll annulaire en grande partie immergé fermé à l’ouest par le chapelet des Pléiades du nord et du sud, et à l’est par l’île principale, en forme de croissant, étranglée en son milieu. Le relief culmine à 46 m et décline depuis la côte rocheuse et les falaises de l’est, jusqu’aux cordons dunaires portant habitations et cultures et une plage de sable immense et ininterrompue à l’ouest. Un grand marais d’arrière dune s’étend au nord de Saint Joseph. Le climat est caractérisé par une faible amplitude thermique autour d’une moyenne de 24°C et une pluviométrie annuelle de 1260 mm. La forêt primaire est composée d’une strate homogène formée d’arbres de dix à vingt mètres, où dominent Syzygium pseudopinneatum, Intsia bijuga, Manikara dissecta, Mimusops elengi, Aglaia eleagnoldea, des Ficus, Diospyros, Cycas et des lianes. Le sol irrégulier, avec des blocs et des affleurements calcaires est couvert de fougères. La végétation de la couronne récifale est en partie de même composition, et d’autant plus courte qu’elle est proche du bord de mer et soumise aux vents. Les milieux anthropisés comprennent les habitations des tribus, de vastes cocoteraies sur la côte et jusque profondément en forêt, les jardins mélanésiens en cours de culture ou en jachères plus ou moins anciennes, situés autour des tribus et en pleine forêt. De larges pistes parcourent forêts, cultures et villages. La limite entre forêt naturelle intacte et les forêts secondaires régénérées est d’autant plus difficile à distinguer que les activités humaines ont un peu partout laissé des traces d’occupation. Ces différents types de végétation se trouvent souvent mêlés en une mosaïque de milieux, mais Ouvéa se distingue par une grande forêt nord (Teuta-Goosana-Ohnyot) et sud (Hwaadrila, Hulup), cette dernière ayant en partie brûlé dans les années 1930. Elle a été recolonisée par une végétation secondaire (Acacia spirorbis). La cocoteraie d’Ouvéa, sénescente, est très étendue et a largement empiété sur la grande forêt.

Key Biodiversity Les inventaires conduits à Ouvéa essentiellement en octobre 2001 sur 212 points d’écoute dans tous les milieux, ont permis d’identifier 42 espèces dont 29 terrestres nicheuses. Toutes les espèces terrestres nicheuses sont communes avec des fréquences d’occurrence élevées tant pour les huit sous espèces endémiques (de 26 % des points pour le Zostérops à 82 % des points pour la Gérygone), que pour les deux espèces à répartition restreinte. La Perruche d’Ouvéa, espèce endémique de l’île d’un genre endémique de la Nouvelle-Calédonie, contactée sur 12,4 % des points, tous en forêt humide fait exception. C’est une espèce peu commune et inféodée à la grande forêt, aux jachères et bords de pistes pénétrant en forêt. Elle est classée en danger critique d’extinction et subit des menaces diverses. Autre espèce rare (mais à large répartition et sans statut UICN), l’Hirondelle du Pacifique qui nichait dans l’église de Saint Joseph jusqu’à ce que celle-ci soit restaurée (vers 2003). Citons également le Pigeon à gorge blanche, également rare, soit qu’il est en marge de son aire de répartition, soit plus probablement qu’il est trop chassé. Hormis le Loriquet à tête bleue, il est remarquable qu’aucune espèce d’oiseau exotique ne soit établie à Ouvéa (ni d’ailleurs sur les autres Loyauté) alors qu’il y en a 14 en Grande Terre. Dans les marais du nord de Saint Joseph niche le Canard à sourcils, et dans les bas fonds humides le Râle tiklin et sans doute les Talève sultane et Marouette fuligineuse. Ouvéa abrite une belle colonie de Puffins du Pacifique le long de la route au sud-ouest du pont de Lekiny dont les oiseaux sont malheureusement victimes des véhicules circulant sur la route qui la longe. Elle héberge également deux couples de Faucons pèlerins, sous espèce nesiotes endémique de la région, sur les falaises du Cap St Hilaire et celles des Pléiades nord. Les oiseaux côtiers et de mer, nicheurs, erratiques ou migrateurs sont assez bien représentés en diversité et effectifs. Aucun oiseau étranger à la Nouvelle-Calédonie n’est présent et nicheur à Ouvéa, mais le Loriquet à tête bleue Trichoglossus haematodus deplanchei a été introduit dans les années 1970 de la Grande Terre. Il est implanté et commun depuis la fin des années 90 dans les cocoteraies et zones habitées de l’ouest de l’île. Notons qu’en novembre 2004, un Etourneau sansonnet Sturnus vulgaris, probablement erratique depuis la Nouvelle-Zélande, a été observé sur la piste de l’aérodrome d’Ouvéa.

Non-bird biodiversity: Ouvéa est réputée être l’« Ile la plus proche du paradis » et il est vrai qu’elle dispose d’atouts naturels et touristiques remarquables. Le spectacle du coucher de soleil depuis le pont de Lekiny, sous lequel passent tortues et grosses carangues est très prisé. Son immense plage (il n’y en a qu’une … longue de 40 km) est exceptionnelle comme le sont églises et temples aux architectures variées se défiant les unes les autres et qui s’échelonnent le long de la côte. Le Cap Saint Hilaire, avec sa falaise érodée est un superbe site naturel. C’est le cas aussi des Pléiades, ce chapelet d’îles qui s’étirent comme des queues de comètes accrochées aux pointes nord et sud d’Ouvéa. Parmi les espèces animales, les roussettes sont assez communes et vont jusqu’à Beautemps-Beaupré, un archipel distant de 40 km de la grande île. Le Crabe de cocotier est présent, mais comme toutes les ressources consommables, il est surexploité. Ouvéa dispose également de peuplements importants de Santal Santalum austrocaledonicum.

Populations of IBA trigger species

Species Season Period Population estimate Quality of estimate IBA Criteria IUCN Category
Red-bellied Fruit-dove Ptilinopus greyi resident  1993-2004  present  A2  Least Concern 
Ouvea Parakeet Eunymphicus uvaeensis resident  1993-2004  present  A1, A2  Endangered 
Dark-brown Honeyeater Lichmera incana resident  1993-2004  present  A2  Least Concern 
Cardinal Myzomela Myzomela cardinalis resident  1993-2004  present  A2  Least Concern 
Fan-tailed Gerygone Gerygone flavolateralis resident  1993-2004  present  A2  Least Concern 
Long-tailed Triller Lalage leucopyga resident  1993-2004  present  A2  Least Concern 
Streaked Fantail Rhipidura verreauxi resident  1993-2004  present  A2  Least Concern 
Melanesian Flycatcher Myiagra caledonica resident  1993-2004  present  A2  Least Concern 
Striated Starling Aplonis striata resident  1993-2004  present  A2  Least Concern 

Protected areas

Protected area Designation Area (ha) Relationship with IBA Overlap with IBA (ha)  
Atoll d'Ouvea et Beautemps-Beaupre Marine Protected Area 97,700 protected area contains site 13,169  

References Barré et al. 2006; Robinet et al. 1996; Robinet et al. 1995; Robinet et al. 2003; Robinet et al. 1998; Robinet & Salas 1995, 1999; Verfaille 2003; Villard 2002b

Contribute  Please click here to help BirdLife conserve the world's birds - your data for this IBA and others are vital for helping protect the environment.

Recommended citation  BirdLife International (2014) Important Bird Areas factsheet: Île d'Ouvéa. Downloaded from http://www.birdlife.org on 26/11/2014

To provide new information to update this factsheet or to correct any errors, please email BirdLife