Africa
7 Jul 2017

Unis pour stopper l’abattage et le commerce illicites des oiseaux migrateurs sauvages en Afrique du nord

By Alex Ngari

Des rapports révélateurs sur la complexité des stratégies employées par les braconniers et un système de commerce transfrontalier dans les pays nord africains que sont le Maroc, la Tunisie et l’Algérie, montrent que ces activités ont contribué au rétrécissement grave du parcours d’une espèce européenne, le chardonneret élégant (Carduelis carduelis) qui est souvent ciblé par les chasseurs.

Le 22 juin 2017, les experts de BirdLife International ont rejoint plus de 80 personnes représentant des gouvernements, des organisations de la société civile, la Convention sur les espèces migratrices, et un réseau d’experts œuvrant à stopper l’abattage, le piégeage et le commerce illicites des oiseaux sauvages pour deux jours à Sliema en République de Malte, pour exhorter à l’élimination de ces menaces qui ont été rebaptisées : Abattage, prélèvement et commerce illégaux des oiseaux migrateurs (IKB*).

La Convention sur les espèces migratrices (CEM) et le Plan d’action pour les oiseaux terrestres migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEMLAP*) identifie la prise et le commerce des oiseaux terrestres migrateurs dans la voie de migration comme l’une des principales menaces dans la région.

« L’homme doit continuellement évaluer sa relation actuelle avec la nature. Maints changements se sont produits dans notre environnement et le comportement humain tel que la chasse des oiseaux doit également changer pour que la nature continue de soutenir la vie humaine » a souligné Dr. Olivier Biber, membre du groupe de travail de l’AEMLAP qui a participé à la réunion.

Durant la réunion, les participants ont discuté d’un examen effectué par BirdLife International sur la menace de l’IKB dans la Méditerranée qui a été publié en 2016 et ont reconnu que les résultats de cet examen ont catalysé les efforts du gouvernement  soit directement ou indirectement pour prendre en compte ce problème qui affecte également plusieurs oiseaux terrestres migrateurs. BirdLife a également présenté les résultats préliminaires pour l’examen IKB européen, et a indiqué qu’un examen similaire est entrepris pour l'Iran, l'Irak et la Péninsule arabique.

Les participants ont convenu, comme engagement, d’utiliser un scoreboard comme outil dont les gouvernements pourraient se servir pour évaluer et classer l’avancée de tous les pays européens et méditerranéens vers l’élimination de l’abattage, de la prise et du commerce illégaux des oiseaux migrateurs sauvages. Une version révisée de ce scoreboard serait produit en préparation d’une réunion du Conseil scientifique du CEM dans la ville allemande de Bonn du 10 au 13 juillet. Elle sera également présentée pour examen et adoption à la 12ème Conférence des Parties prévue du 22 au 28 octobre 2017 à Manille aux Philippines.

Subscribe to Our Newsletter!

En plus d’utiliser le scoreboard comme outil d’appui pour permettre aux gouvernements d’évaluer les résultats de leurs efforts dans la résolution du problème de l’IKB, il a également été convenu à l’unanimité qu’accueillir d’autres parties prenantes pour équiper cet outil constituerait une approche plus participative qui le valoriserait.
La Convention sur les espèces migratrices (CEM) a répondu en formant un groupe de travail intergouvernemental sur la lutte contre l’abattage, la prise et le commerce illicites des oiseaux migrateurs dans la région méditerranéenne (MIKT). Plusieurs gouvernements ont aussi développé des stratégies nationales ou des plans d’action pour s’attaquer au problème au niveau national.

Ce résultat a redonné l’espoir que la poussée continue par les gouvernements et les parties prenantes produira des résultats importants qui profiteront aux espèces AEMLAP dont la plupart sont gravement affectées par l’IKB.

Cette réunion a été abritée et présidée par le gouvernement maltais, avec le Liban assurant la vice-présidence et a vu plus de 80 participants originaires de 24 pays d’Europe dont 17 sont des États membres de l’Union européenne et de la Méditerranée, de la Commission européenne, 29 organisations observatrices qui incluaient des ONG, des groupes et réseaux d’application et des organisations scientifiques.

 

  *IKB - Illegal Killing, Taking and Trade of Migratory Wild Birds  en anglais
  *AEMLAP - African-Eurasian Migratory Landbirds Action Plan en anglais